partage d'image,musique,poème

Bienvenue sur se blog je vais vous partager toute mes images que j aime , mes musique, poème et autre sujet. Laisser un commentaire a votre passage du blogue me ferais un grand plaisir. Merci de votre visite.

posté le 25-02-2014 à 17:51:23

J'ai envie de toi

J'ai envie de toi là tout de suite maintenant ! Sur la table de la cuisine ou sur le canapé. Je pourrai te prendre dans toutes les pièces de la maison, dans le jardin ou la piscine ou simplement adossée contre un mur. Lorsque mes lèvres t'efflore pour te goûter je te sens rentrer en moi tout chaud bouillant et j'adore la sensation que cela me procure. Nous deux c'est pour la vie...je t'aime.....mon cher café.
 


Commentaires

 

1. calie  le 25-02-2014 à 20:22:55  (site)

smiley_id117197smiley_id2385157smiley_id117193

2. alain_girard  le 20-01-2016 à 16:35:00  (site)

Bonjour,
un texte pour le moins "séduisant"
quant à la chute elle est excellente...
Un auvergnat

3. christineb  le 25-01-2016 à 21:03:20  (site)

Bravo pour l'humour!

 
 
 
posté le 23-02-2014 à 13:07:49

Video crée par mon fils

Video crée par mon fils
 
 


Commentaires

 

1. calie  le 25-02-2014 à 20:21:27  (site)

Une belle famille Sourire
Bonne soirée

2. Yvandesbois  le 04-03-2016 à 18:49:40  (site)

Domage , mais on ne voit plus la vidéo !

 
 
 
posté le 11-02-2014 à 15:15:21

Les Indiens Lakotas

Les Indiens Lakotas
 
Les Indiens Lakotas sont un groupe tribal amérindien résidant dans le nord des Etats-Unis. Les états du Dakota du Sud et du Dakota du Nord sont les emplacements primaires des Lakotas. Cette tribu indienne parle la langue lakota, un dialecte des tribus Sioux. 

 
 Le nombre d’Indiens Lakotas est légèrement inférieur à celui d’autres groupes tribaux. Aujourd’hui, on recense environ 70 000 Indiens Lakotas. Moins de la moitié d’entre eux parlent encore la langue ancestrale. Les Indiens Lakotas peuvent être retracés jusqu’à l’expédition de Lewis et Clark. A cette époque, la tribu des Indiens Lakotas était liée aux Grandes Plaines. En raison de la guerre qui faisait rage, ce groupe tribal fut poussé vers le nord et s’installa dans les Dakotas. De nos jours, la majorité des Indiens Lakotas résident dans l’une des cinq réserves indiennes situées dans le Dakota du Nord ou du Sud.

Traditions

Les Indiens Lakotas ont de forts liens culturels et spirituels. En grande majorité, les Indiens s’efforcent de préserver leur mode de vie et leurs traditions. Les parents enseignent dès le plus jeune âge à leurs enfants les valeurs et les morales de leur groupe tribal.

Préserver et partager la culture (Sioux) Lakota est une partie essentielle de notre mission à l’école St. Joseph pour enfants amérindiens. En plus de cours sur les Etudes Amérindiennes enseignés à nos élèves et notre pow-wow annuel, le Musée et Centre Culturel Akta Lakota, situé sur notre campus, offre la possibilité aux élèves et aux visiteurs d’approfondir leur connaissance de la culture lakota.

 
 


Commentaires

 

1. calie  le 12-02-2014 à 16:09:20  (site)

Tu en connais des choses sur les indiens !
Bon après-midi Sourire

 
 
 
posté le 11-02-2014 à 15:11:44

Big Foot

 Big Foot
 
Le nom Lakota de Bigfoot (env. 1825-1890) étai Si Tanka, « Spotted Elk » (Elan Tacheté). Il était le fils de Lone Horn. Spotted Elk devint le chef des Minneconjoux après le décès de son père en 1874. Les histoires indiennes décrivaient Spotted Elk comme un excellent chasseur. Il était également un cavalier émérite qui possédait un joli troupeau de poneys, la plupart volés auprès des Crows, ou d’autres ennemis. Il était cependant surtout connu pour ses succès politiques et diplomatiques. Réputé pour ses talents de négociateur, Spotted Elk était doué pour régler les querelles entre partis rivaux, et d’autres groupes d’Indiens Tetons faisaient souvent appel à lui. 
 
 

 

Après la guerre des Black Hills en 1876-77 opposant les Sioux et l’armée américaine, les Minneconjoux furent placés dans la réserve de Cheyenne River, dans l’état du Dakota du Sud. Habitué à toujours trouver un moyen de réconcilier des opinions disparates, Spotted Elk chercha à s’adapter aux mœurs des hommes blancs. D’après les histoires indiennes, Spotted Elk fut l’un des premiers Amérindiens à cultiver le maïs selon les normes gouvernementales. De plus, il se rendit à Washington, D.C. et demanda l’établissement d’une mission-école près de l’embouchure de la rivière Cheyenne. Alors que le Bureau Indien accepta provisoirement sa requête, l’affaire fut par la suite mise de côté et finalement oubliée.


La religion Ghost Dance


En 1889, Kicking Bear introduisit la religion Ghost Dance aux Minneconjoux. Les Sioux croyaient que la Ghost Dance rétablirait l’état ancestral du monde ; elle promettait le retour des ancêtres amérindiens et de toute la vie animale et végétale. Dévastés par la guerre, la faim et la maladie, les Minneconjoux accueillirent cette nouvelle religion à bras ouverts. Alors que leurs danses ne furent jamais violentes, d’autres Sioux, furieux et scandalisés par l’interdiction en 1883 par le Secrétaire de l’Intérieur de la Sun Dance et d’autres coutumes ‘barbares’, ainsi que par la réduction des possessions Sioux en 1889 à seulement six petites réserves, firent de la Ghost Dance un mouvement prônant la violence contre les oppresseurs blancs. En 1890, l’Officier américain des Affaires Indiennes interdit par conséquent la Ghost Dance.

Par la suite, toujours en 1890, Spotted Elk et ses partisans s’installèrent à Cherry Creek, où ils avaient prévu de se joindre à la danse du chef Hump et son groupe de Minneconjoux. Cependant, chef Hump passa à l’ennemi et remit son groupe à l’agence le 9 décembre 1890. Désillusionnés, Spotted Elk et sa tribu retournèrent à leur camp à l’embouchure de la rivière Cheyenne. Bien que par la suite il ne participa plus à la Ghost Dance, de nombreux membres de sa tribu continuèrent à danser, sous l’impulsion du chaman Yellow Bird.

Le 15 décembre 1890, la police de la réserve de Standing Rock tua Sitting Bull sur un litige concernant la cérémonie de la Ghost Dance. Après avoir appris la mort de Sitting Bull, Spotted Elk décida de s’installer dans la réserve de Pine Ridge. Le 28 décembre, les Minneconjoux furent interceptés par un détachement de l’armée mené par le Major Samuel Whitside. Spotted Elk, qui souffrait de pneumonie à l’époque, ordonna la capitulation de son groupe. Sa tribu fut ensuite escortée jusqu’à Wounded Knee Creek où ils établirent leur campement. Peu de temps après, le Colonel James Forsyth arriva et prit le commandement de la situation. Le matin du 29 décembre, lorsque le colonel ordonna à la tribu de déposer leurs armes, un combat éclata ; un combat qui coûta la vie à Spotted Elk et à plus de 200 hommes, femmes et enfants Sioux, ainsi qu’à 25 soldats américains.

Sources : Hyde, George, A Sioux Chronicle, Norman, University of Oklahoma Press, 1956. McGregor, James H., The Wounded Knee Massacre: From the View Point of the Sioux, Rapid City, South Dakota, Fenske Printing, 1940. Sneve, Virginia Driving Hawk, They Led a Nation: The Sioux Chiefs, Sioux Falls, South Dakota, Brevet Press, 1975. Utley, Robert M., The Last Days of the Sioux Nation, New Haven, Connecticut, Yale University Press, 1963. Waldman, Carl, Who Was Who in Native American History, New York, Facts on File, 1990.

 

 
 


 
 
posté le 11-02-2014 à 15:06:24

Chef Gall

Chef Gall
 
Chef Gall (env. 1840-1895« Man Who Goes in the Middle » (l’homme qui va au milieu), ou Pizi, un chef Sioux Hunkpapa, était l’un des principaux commandants indiens lors de la bataille de Little Bighorn.
 

Il naquit vers 1840 sur la rivière Moreau dans le Dakota du Sud. Cet enfant fut élevé comme orphelin et on en sait peu sur ses parents. Il obtint son nom lorsque, alors qu’il n’était encore qu’un jeune homme affamé, il essaya de manger la vésicule biliaire d’un animal. Plus tard dans sa jeunesse, on lui donna le nom Matohinsa, « Bear Shedding His Hair », mais le nom Pizi resta le nom sous lequel il était le plus connu.

En tant que jeune homme, Gall participa à de nombreuses batailles livrées par les groupes Dakotas menés par Red Cloud. Après la signature du Traité de 1868, Gall fut l’un des nombreux Indiens à refuser de se conformer au confinement des Indiens Dakotas dans les réserves.
Sitting Bull adopta Gall comme petit frère. Un an plus tard, il devint un chef de guerre Dakota. Gall se vit accusé d’un meurtre qu’il n’avait pas commis et l’armée mit sa tête à prix. Gall se rendit à Fort Berthold pour exprimer sa protestation. Il fut alors saisi, attaqué à la baïonnette et laissé pour mort. Il fut pourtant capable de ramper et survécut à ses blessures. Plus tard, il prit sa revanche en s’attaquant à l’Expédition Bozeman et participa à plusieurs raids désastreux.


Little Bighorn

En 1876, Sitting Bull, Gall et leurs guerriers furent regroupés dans un immense campement sur les rives de Little Bighorn. Il s’agissait alors probablement du plus grand regroupement de forces indiennes dans la région des plaines du Nord. Le 25 juin, des troupes dirigées par le Général Custer et le Major Reno les attaquèrent. Gall entra alors en action et força les hommes de Reno à battre en retraite. Par la suite, Gall et Crazy Horse encerclèrent la cavalerie de Custer et l’anéantirent.
Gall partit d’abord à la poursuite du détachement de Reno, mais il décida finalement de retourner au campement lorsqu’il fut évident qu’une grande partie de l’armée américaine se dirigeait vers la scène. Le camp fut démonté et les différents groupes commencèrent leur retraite vers le Nord.

Après plusieurs escarmouches avec l’armée, Gall, Sitting Bull et leurs partisans s’enfuirent au Canada. Les hivers y étaient très rudes et nombreux se sentirent découragés. Après quatre ans, Gall, chef Crow et d’autres décidèrent d’abandonner Sitting Bull et retournèrent aux Etats-Unis où ils s’installèrent dans la réserve de Standing Rock.

En 1881, Gall se réconcilia avec les autorités blanches et devint fermier. Il se lia finalement d’amitié avec James McLaughlin, un agent de la police indienne. McLaughlin sut convaincre Gall que les Dakotas devraient envoyer leurs enfants à l’école.

Lorsque Sitting Bull revint du Canada en 1881, Gall s’opposa à la politique de celui qui avait été autrefois son mentor, l’accusant de lâcheté. Gall avait pris conscience de la futilité de toute autre résistance armée. Le temps d’une paix relative était arrivé et Gall sut gagner le respect des blancs par sa sagesse et son honnêteté. Il fut nommé juge de la Cour des Affaires Indiennes en 1889 et, au cours de la même année, il contribua à obtenir la ratification du dernier accord avec les Indiens Dakotas. Cet accord divisait la réserve Sioux en plusieurs parcelles et cédait une partie des terres aux blancs.

Pendant les dernières années de sa vie, Gall fut un émissaire au nom de sa tribu à Washington, D.C. Il jouit d’une situation de prestige jusqu’à sa mort le 5 décembre 1895 à Oak Creek, dans le Dakota du Sud, alors qu’il était âgé de 54 ans.

Source: Dockstader, Frederick J. Great North American Indians: Profiles in Life and Leadership. New York, NY: Litton Educational Publishing, Inc., 1977. Photo de Charles M. Bell, Washington, D.C., 1880 ; avec l’aimable autorisation de la Société Historique du Dakota du Sud.


 

 

 
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article